Gournay-sur-Marne est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Gournaysiens. À vol d'oiseau, Gournay-sur-Marne est située à 16,8 km à l'est de Paris.
Gournay-sur-Marne est bordée au nord par la Marne, plus longue rivière française prenant sa source sur le plateau de Langres et se jetant dans la Seine à Charenton-le-Pont/Alfortville/Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). La ville compte 6 878 habitants (INSEE 2018).

Dans son patrimoine repertorié à l’inventaire des monuments historiques, la commune compte un château, un ensemble de sculptures en pierre (vestiges du prieuré de Gournay-sur-Marne) et trois dalles funéraires, situées à l’intérieur de l’église Saint-Arnoult.

La commune a attiré des personnalités comme :

Anseau de Garlande (vers 1069 - 1118), sénéchal de France
Eugène Carrière, peintre, né à Gournay le 16 janvier 1849 (voir musée Eugène Carrière et autres oeuvres au musée Rodin de Paris).
Maurice Monnot, artiste peintre né en 1869 à Paris arrivé à Gournay en 1901 décédé et inhumé en 1937 à Gournay
Thérèse Lemoine-Lagron, peintre aquarelliste née le 23 août 1891 à Gournay.
Marceau Verschueren dit V. Marceau (1902-1990) , compositeur et accordéoniste , qui vécut et est enterré à Gournay.
Alain Vanzo (1928-2002), ténor à l'Opéra de Paris, qui vécut et est enterré à Gournay.
Jean-Claude Bouttier  (1944-2019), boxeur français , qui vécut et est enterré à Gournay.
Jean-Jacques Mangin, peintre naïf, né en 1949, résidant et travaillant à Gournay-sur-Marne.

Blason seul.jpg

Héraldique :

D’azur au pont d’or posé sur une champagne ondée d’argent chargée d’un poisson d’azur, le pont surmonté d’un écu posé en abîme d’argent à deux bandes d’azur accompagné en chef de deux fleurs de lys d’or. L’écu timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d’or, maçonnée et ouverte de sable, est soutenu par deux branches de chêne d’or, retenant un listel également d’or orné de la devise « PER PONTEM AD FORTUNAM » en lettre romaines de sable et issant de chardons d’argent fleuris d’azur, posés en pointe, et d’une navette d’or brochant sur le tout.
Les deux fleurs de lys marquent le siège d’une ancienne prévôté royale ainsi que son appartenance à l’Ile de France ; l’écu posé en abîme est aux armes de Jacques PYLLE, l’un des seigneurs de Gournay ; le pont évoque le célèbre pont de Gournay-sur-Marne, et le poisson concrétise cet affluent, très poissonneux.